Pour en finir avec le ronflement

Facebook Twitter Email

De nombreux hommes et femmes sont victimes de l’abominable « ronflement » La plupart ne le sait pas ou ne veut pas le reconnaître…Seul l’entourage est partagé entre le désir de leur signaler et la crainte de les humilier. Pourtant le ronflement n’est pas sans risque car il peut avoir pour conséquence la fameuse « apnée du sommeil »

Entretien avec le Docteur Jacques GROSBOIS de Montréal et Michèle LE PELLECco-auteur

Docteur, pouvez-vous nous expliquer quel est le mécanisme du sommeil ?

Docteur GROBOIS : Si les scientifiques ne savent toujours pas pourquoi les humains, et d’autres animaux, ont besoin de sommeil, ils commencent à mieux analyser ce qui se passe pendant le sommeil. Du fait de la possibilité d’enregistrements précis de l’activité cérébrale, ils cernent de plus en plus la façon dont le sommeil affecte nos systèmes physiologiques. En outre, la recherche sur le sommeil permet de mettre en évidence les relations entre un certain nombre de maladies et les risques associés aux troubles de la respiration pendant le sommeil (TRS).

Tous les animaux à sang chaud ont un stade de sommeil paradoxal et rêvent, sauf peut-être le dauphin. Il dort alternativement avec chacun de ses hémisphères cérébraux, 20 minutes de chaque côté, à cause de sa respiration volontaire (si on l’endort artificiellement, il ne respire plus). Mais il ne présente pas de signe de sommeil paradoxal.

Les stades du sommeil : L’organisation des rythmes du sommeil est progressivement acquise grâce à l’alternance veille/sommeil de la période fœtale jusqu’à l’âge de 20 ans. Chez l’adulte, le sommeil est constitué de deux états bien distincts : le sommeil lent et le sommeil paradoxal, tous deux définis par un ensemble de variables physiologiques.

Ces deux états sont en général subdivisés en 5 stades :

  • Stades I à IV : sommeil lent
  • Stade V : sommeil paradoxal.

Ces différents stades sont définis à partir des résultats des enregistrements électroencéphalographiques du cerveau, du tonus musculaire et des mouvements oculaires. Les tracés de ces différents enregistrements constituent l’hypnogramme.

Quels sont les troubles du sommeil ?

Docteur GROBOIS : Les Apnées Obstructives du Sommeil ou SAOS ont un impact direct sur la qualité du sommeil. Ces arrêts respiratoires nocturnes suivis de micro-éveils entraînent une fragmentation du sommeil. En effet, chaque reprise de la ventilation pulmonaire cause une désorganisation majeure du sommeil. Le nombre de micro-éveils dépasse souvent soixante par heure. Le sommeil s’approfondit mal, avec une nette augmentation du sommeil lent léger (Stades I et II) aux dépens du sommeil lent profond (Stades III et IV). Le sommeil paradoxal est également diminué.

Les rythmes du sommeil. Dans les sociétés industrialisées, 20 % de la population active travaille de nuit ou en horaires tournants. Ces travailleurs se trouvent en contradiction avec leurs propres rythmes biologiques et en opposition avec leur entourage, dont ils ne suivent pas le rythme d’activité, ce qui provoque souvent des difficultés d’ordre familial et social.

Hypnogramme de sommeil perturbé

Anatomie des voies aériennes supérieure

Quelle est la définition et l’explication du ronflement ?

Docteur GROBOIS : le ronflement ou ronchopathie est lié à une réduction du calibre des voies aériennes supérieures. Il est le résultat d’une vibration des tissus mous naso-pharyngés intéressant le voile du palais, la base de la langue, et les parois pharyngées. Les ronflements sont favorisés par la fatigue ainsi que la prise vespérale d’alcool ou de tranquillisants. La ronchopathie recouvre l’ensemble des pathologies liées au ronflement.

Les causes. Le ronflement est souvent lié à des problèmes respiratoires durant le sommeil, en particulier les apnées. Ces problèmes surviennent notamment lorsque les muscles du pharynx, du palais, de la luette et de la langue se relâchent pendant le sommeil profond et vibrent bruyamment au passage de l’air durant l’inspiration.

Les effets de l’âge : Si ce relâchement est plus sensible avec l’âge, il est aussi dépendant des hormones. Ainsi les hommes ronflent  plus tôt que les femmes, mais celle-ci les rattrapent dès la ménopause, découvrant là, une pathologie qu’elle croyaient réservée à leur conjoint. La plainte est alors double.

Qu’est exactement la fameuse « apnée du sommeil » ?

Docteur GROSBOIS : Une apnée du sommeil est caractérisée par un arrêt du flux aérien d’une durée supérieure ou égale à dix secondes, la reprise respiratoire coïncidant habituellement avec un éveil très bref ou l’allégement du sommeil. L’apnée obstructive du sommeil est un désordre caractérisé par l’obstruction de la voie aérienne supérieure pendant le sommeil.

il existe en outre des pathologies associées aux apnées du sommeil :

Les patients présentant un syndrome d’apnée obstructif de sommeil non traité ont des nuits de sommeil fragmentées par de nombreux micro-éveils, le plus souvent non perçus par le patient, suivis d’un réveil matinal difficile. Ce sommeil est alors peu réparateur. On soupçonne certaines morts subites nocturnes d’être en lien direct avec les apnées du sommeil, par troubles du rythme cardiaque chez des sujets prédisposés, au cœur fragile.

L’importante proportion de sujets hypertendus retrouvés chez les patients présentant un syndrome d’apnées du sommeil faisait suspecter une relation directe entre ces deux pathologies.

Les apnées peuvent également entraîner des troubles de la mémoire et d’autres fonctions cognitives (concentration, apprentissage, réalisation de tâches répétitives…). Certains troubles disparaissent après le traitement des apnées, mais d’autres, reliés au manque répété d’oxygène dans le cerveau, ont tendance à devenir irréversibles.

Les troubles relationnels

De nombreux patients consultent pour des troubles du sommeil pour eux-mêmes et leur conjoint. En effet, les bruits générés par les ronflements, et les apnées inquiétantes sont des éléments qui perturbent gravement le sommeil du conjoint. Aux USA, une fois sur dix le ronflement du conjoint est évoqué dans les cas de divorce.

Il y a aussi nombre de jeunes femmes qui sont affligées de ronflements  notables. Il est alors délicat pur elles d’accepter une première nuit, et cette difficulté engendre très rapidement un isolement relationnel croissant.

Pour en savoir plus sur les traitements :

A LIRE …

« Apnées ronflements et troubles du sommeil » par le Docteur

Jacques Grosbois et Michèle Le Pellec