Dr. David Elia : Les troubles de la péri-ménopause

Facebook Twitter Email

Entretien avec le Docteur David ELIA

Gynécologue
Directeur de plusieurs centres de traitement de la ménopause
Rédacteur en chef de la revue « Génésis »

 

Femmes pour toujours : Quels sont les troubles de la péri-ménopause et comment peut-on y remédier ?

Dr. David ELIA :La péri-ménopause est cette période très désordonnée qui précède la ménopause de 4 ou 5 ans. Elle survient donc en général vers 45 ans en moyenne. Elle est caractérisée par des règles qui deviennent irrégulières (cycle trop long, trop court, absent …). C’est une étape qui varie donc selon la fabrication hormonale plus ou moins désordonnée des ovaires : vous vivez alors soit des signes de «trop d’estrogènes » (seins tendus, prise de poids, rétention d’eau, règles parfois hémorragiques, …) ou au contraire de «pas assez d’estrogènes » (absence de règles, suées et bouffées de chaleurs, douleurs articulaires,

troubles du sommeil, …). Il se peut aussi dans cette période de plusieurs années que plusieurs cycles consécutifs soient parfaitement normaux et que les symptômes disparaissent (ces cycles normaux témoignent alors d’un fonctionnement particulièrement normal des ovaires dans cette période).

Il est des péri-ménopauses très anarchiques : les symptômes sont très variés et passent très rapidement chez  une même femme de la situation de «pas assez d’estrogènes » à «trop d’estrogènes » à «cycles normaux ». Il en est d’autres au contraire particulièrement calmes. Les événements émotionnels de la vie courante peuvent influer sur le fonctionnement des ovaires qui deviennent donc à cette époque particulièrement vulnérables, «susceptibles » et prompts à se dérégler. Il existe plusieurs traitements possibles :

  • Soit ne rien faire en cas de cycles plus ou moins réguliers et en l’absence totale de
    symptômes désagréables (et jusqu’à l’apparition éventuelle de ces symptômes)
  • Le plus souvent la prescription de comprimés de progestérone ou de progestatif (hormone proche de la progestérone) 10 jours par mois (du 16ème au 25ème jour du cycle).

Parfois, lorsque les signes de «trop d’estrogènes » sont plus ou moins permanents on peut
prescrire des comprimés de progestatif  qui sont prescrits en général 21 jours sur 28 et qui font en quelque sorte office de «pilule » contraceptive (on peut même y rajouter alors, selon les cas, un estrogène naturel sous forme de gel, de timbre ou encore de comprimé).

Enfin bien entendu lorsqu’il n’existe aucune contre-indication à la pilule contraceptive (pas de tabagisme, pas d’hypertension artérielle, pas d’hypercholestérolémie ni d’hypertriglycéridémie, pas d’antécédents de phlébite ou d’embolie pulmonaire, etc.) la pilule contraceptive peut se révéler être une façon très simple et particulièrement astucieuse pour passer cette période souvent agitée dans un « fauteuil 1ère classe »


 

Livre : Le bonheur à cinquante ans

A LIRE …

du Docteur David ELIA
« Comment rester
jeune après 40 ans
» Editions J’ai lu

«  Le bonheur à 50
ans
» Editions Robert Laffont
« 50 ans vive la vie »
Editions Filipacchi

Pour en savoir plus : Le site du Dr David
Elia : www.docteurdavidelia.com