Un point sur l’ostéoporose : entretien avec le Dr. Patrick GEPNER

Facebook Twitter Email

Entretien avec le Dr Patrick GEPNERDr Patrick Gepner
Rhumatologue
Hôpital Foch à SURESNES

 

Femmes pour toujours : On sait maintenant que l’ostéoporose est une maladie très fréquente chez les femmes après la ménopause, mais est-ce une maladie grave ?

 

Dr Patrick GEPNER :
Oui, et beaucoup d’études récentes le démontrent. Il existe un excès de mortalité non seulement après la redoutable fracture du col du fémur, mais aussi après fracture vertébrale, probablement la plus fréquente des fractures liées à la fragilité du squelette dans l’ostéoporose. Surtout, les fractures liées à l’ostéoporose entraînent progressivement une altération de la qualité de la vie en raison des douleurs qui s’accentuent et deviennent permanentes, du handicap fonctionnel dans les activités quotidiennes, ainsi que de son retentissement psychologique.

Peut-on enrayer l’accumulation des fractures dans l’ostéoporose ? Peut-on détecter la maladie avant la survenue des fractures ?

Le traitement de l’ostéoporose a fait des progrès considérables depuis quelques années. Il existe actuellement trois médicaments commercialisés en France qui ont démontré, dans des études rigoureuses, leur capacité à réduire de façon majeure le risque de fractures ostéoporotiques, de 30 à 50%. La détection de l’ostéoporose avant la survenue de la première fracture est possible grâce à la mesure de la densité minérale osseuse par une technique rapide, indolore et sans danger, appelée l’ostéodensitométrie aux rayons X, avec mesure à la colonne lombaire et à la hanche.  Fort heureusement, après des années de combats des associations et des sociétés savantes, cet examen est maintenant remboursé sous certaines conditions ce qui permet de dépister rapidement des anomalies chez les femmes ménopausées qui présentent des facteurs de risque d’ostéoporose.

Cette anomalie est-elle purement française ?

L’absence de prise en charge satisfaisante du diagnostic et du traitement de l’ostéoporose a été confirmée récemment par un audit de la Fondation Internationale contre l’Ostéoporose (IOF), effectué dans les 15 Etats Membres de la Communauté Européenne, et présenté récemment aux députés européens à Bruxelles, lors d’une conférence de presse. Une mobilisation des pouvoirs publiques mais aussi des femmes concernées est nécessaire pour faire évoluer cette situation préjudiciable à la santé des femmes.

 

A lire : L’ostéoporose du Dr Patrick Gepner

Editions Odile Jacob